Ce récit de se décompose en trois parties et reprend les faits tels qu'ils se sont déroulés depuis l'arrestation de Paul Watson à Francfort en Mai 2012 jusqu'à son départ de France en Août 2016

 

BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE.
MERCI LA FRANCE.

 

DERNIÈRE PARTIE

7 - FRANCE TERRE D'ASILE

En juin 2014, je suis aux îles Féroé, où je coordonne pour Sea Shepherd France, la partie maritime de l’Opération Grindstop (contre les massacres de dauphins globicéphales). L’antenne française a fait fabriquer des bateaux avec des coques aluminium, suffisamment rapides et solides pour patrouiller au large de l'île tous les jours et éloigner les dauphins qui s’approcheraient des baies de chasse. Une mission qui mériterait à elle seule l’écriture d’un livre. Nous venions donc d’arriver sur place avec mon équipe quand, après les moult efforts de nombreuses personnes mobilisées avec moi sur le cas de Paul, l’horizon sembla s’éclaircir en France pour Paul. Sans toutefois avoir de garantie officielle qu’il ne serait pas arrêté , Paul pris la décision de venir en France. Il aime la France et il veut rejoindre Yana, dont il est épris et qui n’obtient pas de visa pour le rejoindre aux Etats-Unis.

N’étant pas certain que tout se passe bien au passage des deux frontières, il me demande de venir le chercher aux Etats Unis pour faire le voyage New York Paris avec lui et son avocat français.

Je confie la mission en cours à mon équipe aux îles Féroé pour quelques jours, le temps de m’envoler vers New York où je retrouve Paul à l’aéroport. Nous devons décoller pour Paris le lendemain après midi. Passer des îles Féroé à New York en l’espace de 24 heures a quelque chose d'irréel mais je suis surtout nerveuse à l’idée que les choses se passent mal, que ce soit au départ des Etats-Unis ou à l’arrivée en France. Comme à son habitude, Paul lui, est détendu. On va se balader et manger un morceau dans le quartier de Soho - que je découvre avec beaucoup d’intérêt- et finalement, on parle assez peu de ce qui va se passer le lendemain. Aucun doute là dessus, depuis que je le connais, Paul est mon meilleur remède anti-stress.

Le lendemain, nous retrouvons William Bourdon, l’avocat de Paul à l’aéroport JFK. Il aura fait l’aller retour Paris New York encore plus rapidement que moi, sans même sortir de l’aéroport ! Du moment de notre arrivée au décollage de l’avion, je n’aurais cessé d’être tendue et Paul de me rassurer. Son calme et son flegme semblent être à toute épreuve. En France, quelqu’un d’autre est très inquiet pour lui, Yana, son “amoureuse” qui l’attend. En attendant le départ de l’avion, Paul fait un skype avec elle et tente en vain de la rassurer. Les prochaines heures vont être très longues.

Nous voilà dans l’avion, je suis soulagée quand il décolle. Paul écrit des poèmes sur son ordinateur, comme je l’ai souvent vu faire. Il me lit celui qu’il vient de terminer. Un voyage comme un autre, comme on en a tant fait. Nous devons atterrir à Roissy vers 11h00 du matin, heure locale le lendemain. .

A l'atterrissage, je ressens de nouveau une tension. J’échange des textos avec Yana qui est déjà arrivée à l’aéroport et qui semble au bord de l’implosion. C’est la dernière ligne droite : tous les signaux rassurants qu’on a reçus vont-ils s’avérer concrets ou la France va-t-elle se transformer en guet-apens ?

William se veut rassurant sur les aspects juridiques du dossier et pour ma part, je ne peux imaginer que la France trahisse Paul et le livre aux baleiniers japonais, lui qui n’a blessé personne et qui n’a fait finalement que défendre un sanctuaire initié par elle-même et qu’elle s’est jusqu’ici toujours rechignée à défendre.

Je me rattache aussi au soutien de l’opinion publique française aux actions de Paul et de Sea Shepherd et je me dit que si ça n’est par conviction, politiquement et stratégiquement parlant, personne au gouvernement français n’a besoin du merdier public et médiatique qu’une arrestation de Paul Watson à Paris déclencherait certainement.

Nous passons le contrôle des passeports sans encombre : “Bienvenue en France”
Tout va très vite. Je ne peux pas révéler tous les détails de cette arrivée et de ce qui s’est joué en coulisses mais disons qu'à l’instar de l’employé du Ministère de la Justice allemande qui nous avait alerté, de discrets anges gardiens de l’ombre, veillaient au cas où les choses auraient mal tourné. Mais tout s’est bien passé.

A la sortie, Yana attend Paul, ils s’étreignent longuement. Une nouvelle étape commence pour eux; je serai témoin à leur mariage en février 2015.
Quelques jours plus tard, je redécolle l’esprit tranquille pour les îles Féroé retrouver mon équipe sur la mission Grindstop.

8 - DEUX ANS A QUAI

Les deux années qui ont suivi auront été bien remplies. Paul aura sillonné la France et fait plusieurs dizaines de conférences, il aura sorti trois livres tout en continuant à s’impliquer à distance dans les missions internationales de Sea Shepherd. Les bénévoles de Sea Shepherd France et le public français auront pu bénéficier comme nul autre de sa présence exclusive, puisque jamais Paul ne s’était ainsi retrouvé coincé dans un pays.

Après ces 15 mois d’errance en mer, il aura trouvé une certaine stabilité en France et refondé une famille. Sur cette période de sa vie, il a écrit ceci :

“Le 2 juillet 2014, je suis arrivé en France où j’ai été accueilli sans crainte d’être extradé au Costa Rica ou au Japon pour mes interventions contre la pêche illégale aux ailerons de requins par des braconniers costa-riciens ou contre la chasse illégale à la baleine dans l’océan austral par la flotte baleinière japonaise.
J’aurais passé deux ans d’exil en France au cours desquels j’ai bénéficié d’un incroyable soutien et je suis reconnaissant à la France de la liberté qu’elle m’a offerte.

Depuis la France, j’ai été en mesure d’aider à coordonner les déplacements des huit navires de Sea Shepherd. Au cours de cette période, Sea Shepherd a mis fin définitivement aux actions de six navires braconniers de légine dans l’océan antarctique, ainsi qu’une flotte de six navires chinois pêchant illégalement avec des filets dérivants dans l’océan indien et que nous avons livré à la justice chinoise. Nous avons également permis l’arrestation de trois braconniers chinois dans les eaux territoriales gabonaises, en plus de campagnes réussies pour la protection des petits dauphins vaquitas en mer de Cortez, contre les massacres de baleines pilotes aux iles Féroé contre les braconniers en Siscile, pour la protection des tortues sur les plages du Costa Rica, du Honduras et de Floride et enfin en remontant des filets fantômes en Méditérrannée.

Deux années sans voyager nulle part en dehors des frontières de France et je dois dire qu’il s’agit du meilleur pays dans lequel il m’ait été donné de vivre. J’ai pourtant vécu en de très nombreux endroits du monde au cours de ma vie.

Je tiens à remercier tous les sympathisants français qui ont contribué à faire de la France une terre d’asile où j’ai pu jeter l’ancre et qui m’ont par la même, donné la liberté d’écrire et de rester impliqué dans les campagnes de Sea Shepherd. Je me suis senti chaleureusement accueilli et soutenu dans ce merveilleux pays”

Pour ma part, pour Sea Shepherd France et pour tous les français qui soutiennent Paul, sa présence en France a été une grande chance. Paul aura été infatigable, d’une incroyable énergie et cette envie intarissable de transmettre son message pour l’océan avec toujours la même énergie et la même conviction. Des moments de marathons publics et médiatiques aux calmes moments de retraite dans la petite maison du sud de la France où il a passé les derniers mois, je ne garde que de bons souvenirs de même que tous ceux qui ont pu assister à une ou à plusieurs de ses conférences ou passer du temps avec lui garderons ces moments en mémoire.

9- SEA SHEPHERD, UN MOUVEMENT

Paul est finalement reparti aux Etats-Unis le 9 août dernier, avec son épouse Yana qui lui a donné un fils depuis. L’incertitude plane sur un potentiel retour en France et ses mouvements internationaux restent de toute façon restreints tant que les mandats d’arrêt contre lui courent toujours. Ni le Japon ni le Costa Rica ne semblent vouloir y revenir, Paul est un trop gros caillou dans leur chaussure. Mais comme le dit Paul, le Japon s’est lourdement trompé. En pensant faire tomber Paul, il pensait anéantir Sea Shepherd.

Or, Sea Shepherd n’a jamais mené autant de missions qu’aujourd’hui. A l’époque où j’ai rejoint l’organisation, nous ne disposions que d’un seul vieux navire de pêche reconverti en défenseur des baleines, le Farley Mowat. Il fallait souvent plus d’une année pour collecter les fonds nécessaires au carburant et à l’entretien de ce seul bateau pour mener une campagne.

Aujourd’hui, c’est une flotte de 9 navires qui partent en mission dans plusieurs mers du monde, grâce au dévouement de centaines de bénévoles en mer et de milliers à terre et grâce au soutien grandissant du public qui permet de maintenir cette flotte imposante à flots.

Dans un monde où plusieurs centaines d’écologistes de l’ombre ont été assassinés au cours des dernières années, Paul Watson doit sa vie et sa liberté à cette lumière que braquent sur lui tous les sympathisants de Sea Shepherd.

Sea Shepherd a 40 ans l’année prochaine mais son avenir reste à écrire. Et si depuis toujours et pour toujours, l’organisation est incarnée par le capitaine Watson, elle est aujourd’hui devenue un mouvement international pour la défense de l’océan, porté par des milliers de personnes. Aucune notice rouge ne pourra changer ça.

Pour l’Océan et ses combattants,

Lamya Essemlali
Co-fondatrice et Présidente de Sea Shepherd France
Co-directrice de Sea Shepherd Global
Octobre 2016

NB: Je tiens à remercier ici tous ceux qui ont contribué à faire de la France une terre d’accueil chaleureuse et bienveillante à l’égard de Paul et par avance toutes mes excuses à ceux que j’oublie ou que je ne peux pas nommer : Nicolas Hulot, William Bourdon, Franck Laval, Nadir Saifi, Leila Aichi, Patrice de Colmont, Jacques Perrin, Brigitte Bardot… et bien sur les dizaines de milliers de supporters qui se sont mobilisés en France et qui l’ont soutenu et suivi.

Première partie : http://seashepherd.fr/news-and-me…/edito-20161010-fr-01.html

Deuxième partie : http://www.seashepherd.fr/news-an…/edito-20161011-fr-01.html

Grand merci Lamya pour ce beau récit.
Il nous sera impossible d'oublier ce jeudi 17 mars 2016, l'arrivée de Paul dans une salle archi comble, la voix de Paul, calme comme toujours, les centaines d'admirateurs qui tenaient à remercier Paul par l'achat d'un livre ou d'un maillot ...
Comme tu es souvent en communication avec Paul, passe lui le bonjour des Colibris du Var et plus particulièrement de Dracénie et dis lui que nous suivons régulièrement ses actions.
Bises et à bientôt.

" BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE. "
" BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE. "
" BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE. "
" BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE. "
" BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE. "
" BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE. "
" BON VENT MON AMI, BON VENT MON CAPITAINE. MERCI LA FRANCE. "
Retour à l'accueil